JAZZ, RAP & MATERNITÉ

Octobre 2012, après le carton de Black Radio, sorti la même année, Robert Glasper tire sur le fil et s’inspire des prods hip-hop et les fusionne à ses propres mélodies jazz. Black Radio Recovered pose sa science du remix, très aboutie et recherchée.

Black Radio Recovered

by | 6 Nov 2019 | jazzrap&free

Back To The Future. Robert Glasper est actuellement en résidence au Blue Note, le club de NYC, pour un Tribute to J Dilla en novembre. En 2012, J Dilla laissait déjà planer son ombre sur Black Radio Recovered: The Remix EP. Un EP reprenant certains titres de son prédécesseur, le LP Black Radio, et ajoutant des inédits. Cure-dent à la bouche, Robert Glasper affirme : « Jazz is the mother of hip hop music ». Black Radio Recovered, sera la dernière partie de son argumentaire sur le lien intime entre jazz et musiques urbaines.
Début 2012, Glasper sort donc, chez Blue Note, le label, Black Radio et expérimente un jazz très électrique grâce aux vocodeurs de Casey Benjamin et profite de l’occasion pour incorporer une touche hip hop singulière avec la présence de rappeurs comme Mos Def sur le titre éponyme, de Bilal sur Letter To Hermione, pris à David Bowie, ou encore de Lupe Fiasco sur Always Shine. 
Avec Black Radio Recovered, Robert Glasper explore davantage encore les apports du hip hop tout en gardant la richesse mélodique des phrasés jazz. L’EP contient de nombreuses références à la musique urbaine des années 90. Les beats entraînants joués par Chris Dave qui n’hésite pas à apporter toute une flopée de changements rythmiques, les graves profonds posés par Hodge à la basse, les nappes de Rhodes et les nombreux riffs pianotés par Glasper soutenus par les vocodeurs de Casey, font de cet EP une pépite.

« Jazz is the mother of hip hop music »

Les pointures du hip hop ont participé à sa conception. Côté production, Pete Rock agit sur le remix de Black Radio, 9th Wonder sur Afro Blue, bluette rebelle et magique livrée en 1959 par Mongo Santamaria et mise en mots par Oscar Brown Jr. Côté rap Black Milk pose un flow sur Letter to Hermione et The Roots s’invitent sur Twice. Jamais le Robert Glasper Experiment ne laisse de doute sur la direction artistique de l’EP. Les interludes en fin de morceaux renforcent la référence au game hip hop, évoquant les DJ sets nineties qui enchaînaient samples de batterie sur mélodie, histoire d’avoir le temps suffisant pour changer de vinyle.
 Black Radio Recovered: The Remix EP se termine par un hommage au monument du hip-hop qu’est J Dilla avec Diladude #2. Titre riche sur le plan rythmique et mélodique avec de nombreux riffs, les chœurs de Casey Benjamin et la basse groove et sombre de Derick Hodge. 6 ans après sa mort, visiblement Dilla vivait encore.


⊗ Théo Bourdier

J Dilla’s diggin’-a-ling

Ces articles pourraient également vous intéresser :