Vladimir Torres Trio

Vladimir Torres, contrebasse ⋅ Tom Moretti, batterie
Martin Schiffmann, piano

Interview. Rencontre à Nevers, novembre 2021
D’Jazz Nevers Festival.

Discord_

Pourquoi et comment ce trio ?
En 2019, j’ai commencé à proposer quelques compos à deux musiciens, Tom Moretti et Martin Schiffmann, pour voir ce qu’ils en pensaient. Tom, ça fait 10 ans que je travaille avec lui. Avec Martin, que j’ai rencontré plus récemment, le courant passait bien musicalement et humainement.

Tu as des origines uruguayennes. Ta musique en dit-elle quelque chose ?
Elle est nourrie de toutes les cultures qui m’ont éduqué musicalement, dont beaucoup de musiques uruguayennes et latino-américaines. Forcément, on retrouve un peu de ça dans notre musique parce que c’est mon pays d’origine, mais aussi parce que mon fils aîné y vit actuellement. 

Quelles sont les influences du trio ?
Autant la pop que le jazz, actuel ou non, ou encore la musique classique. Dans une même journée, je vais être capable d’écouter des choses très différentes. 

Comment tu composes pour ce trio ?
Je compose quasiment tout sur la contrebasse. Le reste, ça peut être sur la basse ou sur le clavier. J’ai des choses que j’enregistre et que je garde pour les travailler plus tard. Parfois, des morceaux entier me viennent d’un coup. Parfois, ce sont des morceaux qui vont demander des mois de travail pour en venir à bout.

Comment ces morceaux prennent-ils forme ?
Je vais jouer les parties à mes camarades et on va trouver ensemble comment les arranger. On les fait sonner comme on a envie de les entendre. Je peux laisser beaucoup de place aux propositions. Mes compositions peuvent sonner autrement que je les imaginais au départ.

Si on revient à ton instrument, la contrebasse. Quelles sont tes attentes ?
C’est en testant les idées tous ensemble qu’on trouve quelle place est intéressante pour la contrebasse. J’aime autant accompagner que jouer des thèmes. Même si je les compose, il y en a que je vais jouer, d’autres non. C’est surtout une question d’équilibre, de direction à prendre pour trouver cette couleur singulière du trio.

Tu reprends Blackbird des Beatles sur ton album.
C’est un des morceaux qui a sans doute été le plus repris en jazz. Les Beatles, c’est une de mes références. Sur mon dernier album, j’ai aussi enregistré Eleanor Rigby.

Si je dis que le Vladimir Torres Trio est un trio de jazz. Tu es d’accord ?
J’ai plutôt envie de penser qu’on fait de la musique, et ne pas penser au jazz. Bien sûr, c’est de la musique improvisée et on est plutôt programmés sur des scènes de jazz, mais dans ma tête, on peut faire venir une chanteuse ou un chanteur, faire une ballade ensemble, et que ça ressemble plus à de la pop qu’à du jazz. Je n’ai pas envie de mettre un carcan sur ce projet. Je pense juste “musique”. 

— photos © LeBloc / CRJ (2021)


Propos recueillis par Lucas Le Texier au D’Jazz Nevers Festival, le 9 novembre 2021.

les autres contenus produits en partenariats avec le Centre Régional de BFC
sont à retrouver ici.

Share This