Potlatch

Florent Ormond : saxophone, duduk ⋅ Louis Vicérial : basse ⋅ 
Constantin Meyer : trombone, serpent ⋅ 
Jordan Teixeira : guitare ⋅ Hugo Dordor : batterie

Chronique Live. Rencontre à Besançon, octobre 2021
La Rodia, Scène de Musiques Actuelles.

Potlatch

Chez Potlatch, on ne pouvait pas choisir, alors on a pris les deux : jazz et rock. Le son acoustique des vents, la rythmique électrique du trio guitare-bass-bat’. Soit. Mais la teneur générale du set est résolument rock, avec de larges plages d’improvisations dispatchées au sein des morceaux. Ça donne une guitare polyglotte : la batterie d’effets dispersés sur le pédalier de Jordan Teixeira lui permet d’envoyer des nappes afro-beatiennes ou des riffs math-rock. Ses atmosphères définissent la couleur générale des morceaux du quintet. Derrière, le duo basse-bat’ groove tranquillement, discret tapis sonore smoothy. Au-dessus, saxophone et trombone. Alors que Florent Ormond donne de l’air au sax soprano, Constantin Meyer au trombone fait le lien avec la section rythmique par son jeu chaud et rond. Les thèmes picorent à droite et à gauche : free par-là, intimiste et solennel par-ci. Potlatch, c’est un gros patchwork, ni vraiment jazz, ni réellement autre chose. Rien d’évident à définir, mais est-ce le but ?


Lucas Le Texier

les autres contenus produits en partenariats avec le Centre Régional de BFC
sont à retrouver ici.

Share This