VLADIMIR TORRES

Chronique de l’album Inicial, sortie en avril 2020.

Faute de frappe. Vladimir confiait, hier, à PointBreak que certains pensaient qu’il y avait une coquille dans le titre de cet album, Inicial. Mais d’évidence, la seule coquille qui reste dans ce disque, à paraître demain, est celle que le contrebassiste vient de briser pour livrer ces 10 tracks. Trio en base solide, puis invités nickel, puis prod’ au cordeau. Il faudrait être balèze pour ne pas entendre ici ce qui fait la joie de cet album. Joie des paradoxes, mise en jeu de l’intimité. et une chose plutôt rassérénante comme fenêtre dans le confinement ambiant, un morceau comme Contrarriba qui fait de la contrebasse un podium éclairé d’une capacité d’humanité inépuisable. C’est classe. Tu repasseras pour la faute de frappe.

 


• Guillaume Malvoisin

les autres contenus produits en partenariats avec le Centre Régional de BFC
sont à retrouver ici.