La Playlist du comite.

C’est ainsi, PointBreak est le magazine du Bloc et LeBloc est piloté par un Comité. Sans doute un vieux reste de nos années Sovkhoze. Quoi qu’il en soit, les Bloqueurs sont tous des gens de qualité avec une connaissance tout à fait singulière de ce que serait le groove de rupture. Voici une playlist collaborative, hétérogène et parfaitement conforme à la doxa du goût personnel.


Selectas by Alix Beblik, Pierre-Olivier Bobo, Mathilde Bosson, Théo Bourdier, Jessica Colin, Aurélie Cognard, Marie Dargaud, Océane Daumas, Alexandre Fernandes, Marine Gay, Marion Godey, Maëva Morlier, Lucas Le Texier, Damien Renel, Frédéric Sonnet.

#6

Le mot du membre n° 2372 du Comité

Jun Seba aka Nujabes est un pilier du hip-hop made in Japan. Seba, sabre dans les vinyles et tranche de beau sample auquel il ajoute des thèmes joués à la flûte soutenus par un piano errant. Le gars s’est fait connaître grâce à l’OST de Samurai champloo, un anime culte, de la DA à la musique. Battlecry est joué à l’intro. Doux et mystique. • TB

Le mot du membre n° 2487 du Comité

En hommage à ces longues heures passées au Laser du Leclerc de Paray-le-Monial accrochée aux bornes d’écoute. À cet album trouvé au pif dans les bacs qui 20 ans après, n’est jamais bien loin. • AC

Le mot du membre n° 12301 du Comité

Des raids comme ça, on en demande tous les jours. On remplace les kalach’ par des soundsytems, on transforme la géopolitique en immense dancefloor et on met Pierre Haski au chômage. Pas grave, il viendra danser avec nous. Sans masque. Ballec, Pierro. • GM

Le mot du membre n° 2134 du Comité

La fusion des géants. Lionel Messi et Cristiano Ronaldo + Omar Little et Anthony Soprano + Giant Coucou et Hilguegue = Madlib et Four Tet. • POB

Le mot du membre n° 2265 du Comité

Petit favori de ma playlist perso. Ça pulse grave tout en offrant 2-3 petites ruptures bien senties. Un titre à vous redonner de l’énergie et de l’assurance. • MB

Le mot du membre n° 0987 du Comité

J‘ai découvert cet album sur un coup du destin : le CD était sur une pile, je l’ai lancé, je suis tombée in love à la première écoute. Le morceau choisi incite à l’introspection, la promenade. c’est doux et paisible comme le chant des oiseaux. • AB

Le mot du membre n° 2613 du Comité

Chère SOPHIE, tu nous as quittés ce 30 janvier 2021, tu as été et tu resteras une influence pour un grand nombre de producteur·rice·s. Tu as su mener la pop aux confins de l’expérimental en cela je te dis merci. • DR

Le mot du membre n° 2534 du Comité

Une ambiance chill, avec un piano et un solo de sax ? Thanks YouTube de me faire découvrir des pépites comme ça. Du jazz mixé à de l’électro ça me fait toujours plaisir. • MGy

Le mot du membre n° 2496 du Comité

Un morceau court et parfait à mes oreilles. De ceux qui s’enclenchent toujours sur la même note quand tu mets pause dans ta partie de jeu vidéo. Ou alors une très belle musique d’ascenseur… Et moi j’aime bien les ascenseurs, ça fait des petits guillis au ventre quand ça s’arrête. • MD

Le mot du membre n° 12301 du Comité

Not so bad for such good guys. Not so good for such bad asses. Le bien, le mal, tout se mélange un peu au final dans ce track sorti du dernier gros baroude d’honneur d’un combo magique pour le renouveau du jazz ricain. Ici, Speaking Softly, c’est l’art de la synthèse. Baucoup plus fun qu’un Jospin en 2002. • GM

Le mot du membre n° 2597 du Comité

Damn, ça me rend obligatoirement souriante, pleine de vie, et ça me donne comme une envie de provoquer quelqu’un pour un battle de danse sous le soleil. Bref, vous avez l’image, et la joie qui l’accompagne. It’s time to move.

 • MM

Le mot du membre n° 2522 du Comité

 Que dire de plus si ce n’est qu’à chaque écoute de ce morceau, je ressens le groove dans mon coeur ? • AF

#5

Le mot du membre n° 2577 du Comité

Un classique de la Nouvelle-Orléans, issu de la culture des Indians Mardis Gras. Repris 200.000 fois mais pas par n’importe qui (non, pas par les Pow Wow, les types qui voulaient être chat): par un enfant du pays, Dr John himself. Et pour une fois, on est content d’aller voir le docteur pour qu’il nous prescrive en prime la série Treme en intraveineuse et à très haute dose pour passer ce confinement dans les rues de la Nouvelle-Orléans avec ses habitants, ses coutumes, et sa musique of course. Bonheur. • MG

Le mot du membre n° 2496 du Comité

Comme pour les bouquins ou les films, parfois c’est sympa de choisir un morceau uniquement pour son titre. Parfois on est déçu, mais parfois non.  • MD

Le mot du membre n° 2613 du Comité

En cette magnifique période sanitaire et restrictive, qui de mieux qu’Igorrr pour retranscrire musicalement les émotions qui parcourent notre esprit. Tout et n’importe quoi en soit. Et pour cela, Vegetable Soup est la recette parfaite, un mélange de groove et de traditionnel sous speed avec, s’il vous plaît, Patrick le coq au chorus. • DR

Le mot du membre n° 2778 du Comité

La sensation de se retrouver dans un taxi en plein cœur de Manhattan avec deux options. Soit tu es monté en urgence dans un taxi en gueulant « Follow that car ! », soit tu es poursuivi par des mecs qui veulent te faire la peau. La simple et vive agressivité de Midtown… • FS

Le mot du membre n° 2372 du Comité

Des sirènes, des klaxons et une odeur de pneus brûlés. Bienvenue à New York, l’artiste. Ici, on te balance un groove chaloupé à base de guitare rythmique et de cuivres brûlants. ça chante, ça parle et ça transpire le funk des années 70. Plus puissant qu’une cure de magnésium en période hivernale. Aussi bon qu’un Benco en début de journée. • TB

Le mot du membre n° 2487 du Comité

Repas préféré du petit animal sauvage qui vit au fond de nos ventres. Particulièrement quand on lui demande de rester entre quatre murs pendant quelques semaines. À écouter très très fort. Sans modération ni respect de ses voisins. • AC

Le mot du membre n° 2265 du Comité

Cap au Nord avec le suédois Jan Johansson et ses arrangements d’airs traditionnels folk à la sauce jazz. Quel délicat exercice que de choisir un morceau parmi cet album, savourez-le en entier. La recette est simple : un piano, une contrebasse, juste ça. C’est tendre, élégant et sans chichis. Un excellent exutoire au brouhaha ambiant. • MB

Le mot du membre n° 2534 du Comité

Beau mélange de Jazz et de House, pour te mettre de bonne humeur pendant the confinement, Part 2. Ça va bien danser dans le salon.• MGy

Le mot du membre n° 2597 du Comité

The French Disco Jesus a encore frappé. Ça funk, ça groove, ça disco sévère et ça ambiance toute ta famille en préparant le repas. • MM

Le mot du membre n° 2522 du Comité

Hop ! Un morceau de Funk lo-fi du début des années 90. Il peut être utilisé pour tout déhanchement s’apparentant à de la danse. Et je vous encourage vivement à aller voir l’histoire incroyablement dingue de Doug dans les archives de l’émission Tracks, diffusée sur ARTE. • AF

Le mot du membre n° 2607 du Comité

Ma proposition puisqu’on a le temps d’écouter des longs morceaux et que PointBreak se met au groove de PLAISIR, un petit Bootsy Collins avec son bon gros bordel. • LLT

Le mot du membre n° 2411 du Comité

Funk et groove, ce morceau donne envie de se déhancher et lutte contre la morosité. • JC

#4

Le mot du membre n° 2522 du Comité

Ceci est le premier morceau enregistré où l’on peut entendre l’utilisation d’une pédale de fuzz. Ça sonne très Tarantino, très ensoleillé et pour l’époque, très futuriste ! Un rayon de blaster sauce soleil dans tes oreilles. • AF

Le mot du membre n° 2778 du Comité

Saturation comme un nuage de fumée de cigarette, et un clavier indécent. L’atmosphère moite d’une nuit perdue dans une cantine de banlieue où l’Iguane indolent te raconte sa vie… Ok, mais c’est qui ces mecs qui groovent comme ca ? Martin, Medeski & Wood. Tu connais ? • FS

Le mot du membre n° 2534 du Comité

Un classique bien mielleux des 80’s. Un sax qui te fait te dandiner. Des percus bien caliente. Et la voix de Sade qui te séduit. So smooth. • MGy

Le mot du membre n° 2607 du Comité

Puisque l’amateur de jazz l’est toujours un peu, et que Vian — Centenaire ! — avait trouvé une façon très drôle de le dire. Peut-être le suis-je grave aussi en le disant comme ça, finalement. • LLT

Le mot du membre n° 2487 du Comité

Alors oui, les Cramps. Les Cramps, ça fait un moment que je cherche le moyen de les faire rentrer dans cette playlist mais il me fallait un subterfuge. Il est tout trouvé : Lux Interior s’est collé à l’exercice de la reprise du classique de jazz. Et c’est très bien. Il vire le chaloupé de Peggy Lee pour apporter ce qu’il fait de mieux : du moite. C’est furieusement sexy. Idéal pour bien commencer l’été. • AC

Le mot du membre n° 2501 du Comité

Petite vague, petite plage, grande mer. L’approche moelleuse et l’atmosphère jazzée avec les petites vibes du piano font voyager. Le son parfait pour chiller au pied d’un cocotier. Ou sur le canap’ as you want. • OD

Le mot du membre n° 2372 du Comité

Son étouffé, basses amplifiées. Un de mes beats préférés de J Dee. Inspiré par un morceau sorti en 93 : Black Is The Color de Joe Sample. Déjà, sampler un gars qui s’appelle Sample, ça relève du génie. Mais surtout, sunbeams, c’est un truc tout chaud, tout doux et qui sent bon les soirées plancha-covid-joins-chill. Deux arguments bétons. À faire tourner. • TB

Le mot du membre n° 0987 du Comité

L’harmonica de ce classique du blues (hello Junior Wells) devient complètement fou avec les scratchs et le flow. C’est ça le rap d’Atlanta d’avant Outkast. • AB

Le mot du membre n° 2597 du Comité

Ça débute comme une bonne vieille soirée d’été sur la plage — ça nous manque tous — avec une envie incessante de hocher la tête et de contracter son fessier sur ce délicieux rythme. Je pense à ça en regardant par la fenêtre du train, j’espère que ça correspondra à votre fin de saison, aussi. Sous un beau soleil. • MM

Le mot du membre n° 2134 du Comité

L’énorme hit de l’été 2012 est aussi le tube des étés 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2019, 2019 et donc 2020. Quelque part entre le groove de barbecue, le rock mojito et la dance étudiante. Des frissons. • POB

Le mot du membre n° 2411 du Comité

Plein de groove, ce morceau transporte dans un univers à la fois léger et emprunt de nostalgie. • JC

Le mot du membre n° 2265 du Comité

À défaut de pouvoir profiter de live non aseptisés autant s’en coller quelques-uns dans les oreilles ! Ici ça transpire, ça claque des mains, ça gueule. Une vraie osmose de guerriers qui donne la banane. • MB

#3

Le mot du membre n° 2134 du Comité

Cet orchestre de cuivres de Chicago reprend l’un des meilleurs morceaux d’Outkast, duo légendaire d’Atlanta qui n’a cessé d’engloutir différentes musiques, soul, jazz, blues, rock, pop, pour en faire des chefs-d’œuvre de rap. Ici, l’Hypnotic Brass Ensemble lui a enlevé sa vibe reggae pour en faire un missile sonique qui fonctionnerait très bien sur une parade militaire en Corée du Nord. • POB

Le mot du membre n° 2411 du Comité

Découverte de ma jeunesse dans le juke-box familial. Ce son est à la fois groovy et posant. Rien de mieux durant ce confinement pour, de bon matin, mettre le nez à la fenêtre, sous le soleil, café à la main, se déhancher tranquillement et garder la pêche. • JC

Le mot du membre n° 2778 du Comité

Un groove ralenti aussi excitant que le printemps qu’on observe depuis nos fenêtres, une promesse aussi douce qu’un discours d’Elizabeth d’Angleterre, une guitare répétitive et obsessionnelle, une langueur confinée. • FS

Le mot du membre n° 2265 du Comité

Lalo Schifrin pour piano solo. Une bonne vieille sonate sans pédales d’effet ni fioritures. Un molto vivace rythmé, lyrique et dansant qui ne manque pas de caractère. Mon tango-free-jazz (ça existe ça ?) à moi ! • MB

Le mot du membre n° 2487 du Comité

De longues minutes de pure groove qui torpillent en deux/deux la panique ambiante. À écouter sans aucune modération. • AC

Le mot du membre n° 2496 du Comité

Voila selon moi un morceau propice à la détente et à l’évasion intérieure en période de confinement. Quelqu’un m’a dit un jour que les cris des mouettes étaient produits par une trompette, j’ai jamais vérifié mais je propage la légende urbaine. J’aime bien propager les légendes urbaines. • MD

Le mot du membre n° 0987 du Comité

Tu penses que tu vas décoller en orbite avec les russes et bim bam boom, tu te retrouves planté là, dans un cirque en fanfare, en plein milieu d’un freak-show de saxophones aux gros yeux et des mâchoires carrées des batteries. • AB

Le mot du membre n° 2522 du Comité

Quand j’écoute ce morceau, j’ai toujours l’impression qu’il pourrait avoir été fait ces dernières années, comme si c’était un remix de quelque chose. Je suis fasciné par les sonorités modernes qui se dégagent de ce titre, sans parler de cette impression de vitesse affolante qui ne supposerait pas que ça ait été enregistré au début des années 50. • AF

Le mot du membre n° 2372 du Comité

Le genre de morceau qui t’envoie valser contre les parois de la salle de bain. Une section rythmique complètement folle. Des accords solides. Une basse groove, revenant du fin fond des enfers, et la voix grave de Shaun Martin. Posé. Le gars raconte son histoire puis te balance un chorus supercarburant. Tout bon, tout chaud. L’ex-Moog master de Snarky Puppy sait ce qu’il a à faire et c’est costaud. • TB

Le mot du membre n° 2607 du Comité

Proposition en ces temps de confinement pour danser un peu et se laisser envoûter : Face The Music de Sun Ra, en live en 1989 dans l’éphémère programme américain Sunday Night diffusé entre 1988 et 1990, ( tu peux couper à 5.55, sinon si tu laisses filer, y’a une Interview de Sun Ra et puis un petit Space Is The Place à la fin, c’est bien aussi). • LLT

Le mot du membre n° 2577 du Comité

Au départ, c’est un negro-spiritual anonyme datant du 19e siècle. Raphaël Imbert l’a arrangé à sa sauce spirituelle et à son sax soprano. Avec la voix cristalline de Jean-Luc Difraya et les cordes du Quatuor Manfred pour nous emmener vers Jizeuss. Et même si on n’est pas très porté sur la chose religieuse, on ne peut nier que là, on est face à un tube mystique de haute volée. • MG

#2

Le mot du membre n° 2487 du Comité

Morceau iconique, intemporel, par un chanteur qui ne l’est pas moins, servi par un film qui le deviendra. • AC

Le mot du membre n° 2496 du Comité

Un classique, parait-il. Pour moi, c’est simple, j’aime ce morceau parce qu’il est funky et qu’il me met de bonne humeur. Ça sent l’intro offerte au monde pour être samplée, ça sent le jazz qui se sent libre d’adopter le ton qu’il veut. J’ajoute une mention spéciale pour le titre : l’homme-pastèque, c’est génial. C’est comme l’homme-œuf des Beatles, ça te projette tout de suite quelque part, à toi de voir où. • MD

Le mot du membre n° 2607 du Comité

Influencé par les ambiances type De La Soul, je cherchais à écouter quelques groupes de jazz rap côté US et FR. Autant dire que je suis tombé sous le charme de la version extended du titre de Menelik qui réunit flow du rappeur et solo de sax. Jazz et rap, même combat. • LLT

Le mot du membre n° 2577 du Comité

The Very Big Experimental Toubifri Orchestra ? C’est comme une grande partie de ballon prisonnier dans la cour d’école. Ou alors comme une partie d’1, 2, 3 soleil ! géante. C’est le plaisir de jouer ensemble. Du jazz, mais pas que. Ça essaye aussi d’écrire des chansons, ça tape sur des bambous et c’est numéro 1, ça lance des petites « boules de free » et des confettis. On se perd avec bonheur dans l’épaisseur triple de la ouate de cellulose musicale et les rythmiques cabotines. Joyeux, soyeux et lumineux. Et c’est hyper communicatif. Bien joué ! • MG

Le mot du membre n° 2411 du Comité

13:46 minutes pour laisser aller ses pensées, les laisser vagabonder, entre stabilité et changements. • JC

Le mot du membre n° 2522 du Comité

C’est peut être kitch et ça sonne carrément 80’s, mais j’aime ce guitariste pour son jeu de tapping assez dingue et sa capacité à le faire sur deux guitares en même temps.
• AF

Le mot du membre n° 2372 du Comité

Une intro planante, des percus crépitantes et un thème chanté doublé à la flûte, voilà comment Lonnie Liston Smith imagine ses Summer Nights. Douces et mystiques. Smith est l’un des précurseurs du smooth jazz. Vision Of A New World décrit une atmosphère unique, à cheval entre le fusion et le latin. Plaisir d’été. • TB

Le mot du membre n° 2265 du Comité

Au hasard d’une playlist volontairement jazz & free (comme quoi tout arrive !), je tombe sur ce morceau qui capte tous mes sens et me déchaîne. Ça groove, c’est complètement fou, cardio, presque irrespirable, un sprint sans fin. Loin de m’étouffer, il me galvanise par son énergie libérée et libératrice. • MB

Le mot du membre n° 2778 du Comité

Écoutez ce titre en tournant autour de la place de la République en voiture un soir de pluie, vous saurez… • FS

#1

Le mot du membre n° 2577 du Comité

Ce thème me reste en tête depuis que je l’ai entendu. J’aime ce qu’il fait à son saxophone, comment il le fait sonner. C’est aérien, débridé, fort et fragile à la fois et un peu fou en même temps. L’énergie, la fougue. Il déroule sans cesse, il y met tout. Et c’est un peu free-free mais pas trop. C’est donc une parfaite entrée en matière. • MG

Le mot du membre n° 2411 du Comité

Je l’ai entendu à la radio, il y a peu et je me suis dit : « Mais il est chouette ce morceau ». J’ai ensuite eu l’impression de le connaître puis j’ai réalisé que j’avais vu le Monsieur en live l’année passée à la Vapeur. Très bon de redécouvrir ce Spindrift avec un nouvel état d’esprit. • JC

Le mot du membre n° 2496 du Comité

C’est le tout premier morceau de jazz qui soit jamais parvenu à mes oreilles. Dans l’animé, les chatons, gosses de bourges, s’acoquinent, le temps d’une soirée, avec des chats de gouttières. Ces jazzmen des toits parisiens sont menés par leur leader, Scat Man. C’est la rencontre de l’aristocratie, qui apprend le solfège, et des classes pop’ et ses artistes multicolores venus des quatre coins du globe. Ceux-là revendiquent une liberté de vivre, de créer et de transgresser. Gamine, je n’avais évidemment pas capté la vision politico-sociale de la musique présentée par le film, ni toutes les références musicales et culturelles nichées dans les paroles du morceau. En revanche, j’avais immédiatement choisi mon camp. • MD

Le mot du membre n° 2265 du Comité

Doux mélange de jazz, de bossa nova et de classique. C’est élégant, subtile, perlé et un brin mélancolique, j’en redemande. Mais surtout, surtout, surtout… Bach. Il n’est jamais très loin et ça, ça a tout pour me plaire. • MB

Le mot du membre n° 2607 du Comité

J’adore la superposition de la période de gestation du free jazz, grosso modo 59-65, qui font se rencontrer musicalement des rythmiques très droites, issues du Swing, avec des lignes mélodiques complètement libres. • LLT

Le mot du membre n° 2487 du Comité

Qu’on se le dise : il faut impérativement écouter Intoxicated Man et Pink Elephants. Notons qu’il est assez rare que la copie soit aussi belle que l’originale ! Ah, et il y a une guitare éléctrique un peu crade, et ça, mon perf’ et moi, on aime bien. • AC

Le mot du membre n° 2134 du Comité

Le jazz est partout. Chez les Californiens de Souls of Mischief, il transpire dans les productions de leur premier disque — jamais égalé jusque-là — et du classique interplanétaire 93 ‘Til Infinity. Une boucle empruntée au batteur Billy Cobham et son Heater, et le tour est joué. Quand East Oakland ne donne pas que des gangsta rappers, c’est pas mal aussi. • POB

Le mot du membre n° 2613 du Comité

Voilà un track qui me fait bien bien kiffer. Il y a du groove et c’est lent. C’est décousu, c’est expressif, y’a de la rupture et c’est assez fou. C’est Bisontin (et Montréalais). Je n’arrive pas à catégoriser ce groupe, ça s’inspire à mort du jazz mais ça reste hip hop. • DR

Le mot du membre n° 2372 du Comité

À Londres, une génération de musiciens, pleine de talent et de créativité, participe au renouvellement du jazz. Cette nouvelle scène lui donne un souffle singulier, déconstruisant l’image d’une musique élitiste et rameutant un public plus jeune. • TB

Le mot du membre n° 2522 du Comité

C’est pas mal non plus, un groupe de garage/psyché qui s’aventure dans les sonorités Jazz. • AF

Le mot du membre n° 2778 du Comité

Dans les notes de pochette de ce classique du jazz modal, Coltrane écrit :  « Pendant l’année 1957, j’ai connu par la grâce de Dieu un réveil spirituel qui allait me conduire à une vie plus riche, mieux remplie, plus productive. À cette époque, en signe de gratitude, je Lui ai humblement demandé qu’Il me donne les moyens et le privilège de rendre les autres heureux à travers la musique ». À l’écoute de Psalm, titre qui conclut l’album, l’univers s’ouvre, grandit, s’élève et semble sans limite. Je ne suis pas plus heureux, John, mais je l’ai été pendant 7 minutes… Et 3 secondes.  • FS