rap ville : Compton, ca.

En Amérique, dans les années 90, chaque ville avait sa scène hip-hop. Une identité sonore qui s’exposait du sud au nord, de l’est à l’ouest. Chaque mois, on met le nez dans une chanson de rap ou sur un disque qui illustre à merveille ce principe. Épisode 3 : on revient sur la côte ouest avec un gros morceau, peut-être le plus gros de tous : Compton, California.

by | 24 Mar 2020

« Hey yo Doctor, here’s another proper track
And it’s phat, watch the sniper, time to pay the piper »

Beaucoup de choses ont déjà été écrites ou filmées sur cette ville du comté de Los Angeles. Et pour cause. Berceau du Gangsta rap à la fin des années 80 avec le super-groupe NWA et son légendaire Straight outta Compton, maison mère de Kendrick Lamar qui explosera à la face du monde dans les années 2010, Compton traversera les années sous les lumières… artistiques.

Comptant à peine 100.000 habitants, la cité californienne tente toujours aujourd’hui de s’émanciper des stéréotypes qui lui collent à la peau, comme le racontait encore récemment le journaliste Nicolas Rogès pour Libération. Ville dangereuse et criminelle, gangs à profusion, sur-utilisation du nom de la ville par les rappeurs pour vendre plus… Le fait est que, heureusement ou malheureusement, Compton a ça tatoué sur elle. Pour toujours, pour l’Histoire. Et à la base de cette histoire romancée et musicale, on trouve le rappeur Eric ‘Eazy-E’ Wright.


Un poil de contexte. Début des années 90, les membres du groupe NWA (Arabian Prince, DJ Yella, Dr. Dre, Eazy-E, Ice Cube, MC Ren) se séparent, chacun se tire dans son coin pour faire un max de fric en solo. À Los Angeles, deux camps vont s’opposer : Dr Dre et le label Death Row (Snoop Doggy Dogg, The Dogg Pound) versus Eazy-E et le label Ruthless. Cette rivalité médiatique et musicale produira un certain nombre de hits, dont le classique, l’immense, le cultissime Real Muthaphuckkin G’s. Extrait de l’album sobrement intitulé It’s On (D̶r̶.̶D̶r̶e̶) 187ᵘᵐ Killa (1993), ce titre est une réponse au Dre Day de Dr. Dre et Snoop sorti 1 an plus tôt sur The Chronic. Eazy-E, accompagné des frangins BG Knocc Out et Dresta, y flingue l’écurie Death Row sur chaque rime et de sa voix nasillarde, le tout sur une production vicieuse à la sirène inquiétante signée du beatmaker californien Rhythm D.

— Real Muthaphuckkin G’s Eazy-E (1994) / photo © Michael Ochs (Getty Images)

Ce morceau sera clippé pour MTV en 1994, et une version « director’s cut » du réalisateur Marty Thomas verra le jour en 2015. Chemises à carreaux, lunettes de soleil « old school gangsta » (tapez ça dans votre moteur de recherches), petites bouclettes laquées dans les cheveux, battes de baseball et regards tendus surjoués, tout y est. Ce clip fait aussi la part belle à Compton, avec quelques plans des neighborhoods. Dr. Dre est né à Compton, Eazy-E également. Mais ce dernier abandonnera sa ville à tout jamais le 26 mars 1995. Atteint du VIH, il décèdera à l’âge de 31 ans au Cedars-Sinai Medical Center de Los Angeles, la cité de anges. Vrai putain de gangster. RIP.


  • Pierre-Olivier Bobo

Ces articles pourraient également vous intéresser :